top of page

Aude Akrich, une chamane sous les tropiques !

Aude Akrich revient à Tahiti en février de l’an passé. Elle a tout plaqué pour suivre son cœur qui vibre aux rythmes du tambour chamanique et des icaros péruviens, car Aude est une chamane : une chamane sous les tropiques !


© Texte : Valentine Livine - Photos : Valentine Livine & Aude Akrich


Tambour, hochet, chakapa et icaros... les sons qui accompagnent Aude lors des soins.


Aude Akrich initie à des voyages chamaniques, chez elle, à Punavai Nui.

LA LECTURE COMME CLÉ DU CŒUR C’est un livre qui fait basculer la vie d’Aude, pour le meilleur et pour le meilleur ! Ça y est. Je pars demain pour l’Amazonie. La Sachamama, le bout de jungle de Francisco, est aussi un centre d’études des méthodes de guérison héritées des cultures indienne et précolombienne. Moi, je veux trouver mon “son”. Je veux te retrouver. C’est tout....




Journal d’une apprentie chamane, écrit par Corine Sombrun, percute le cœur de la jeune femme.


Aude Akrich est déjà en chemin spirituel lorsqu’elle dévore le roman puisqu’à ce moment-là, elle s’est formée à l’hypnothérapie et au chamanisme amérindien.


Mais ce qu’elle découvre dans le roman initiatique, c’est un appel, une résonance profonde, la clé de son cœur : elle sait qu’il lui faut expérimenter le chamanisme dans l’Amazonie péruvienne.




Sachamama, c’est une expérience de transformation intérieure profonde et intense


SACHAMAMA ME VOILÀ ! J’ai recherché le centre dont parle l’écrivaine. Tout s’est ensuite mis en place divinement bien car j’ai non seulement retrouvé La Luz de Sachamama, mais aussi Francisco, le chaman du livre. Et, cerise sur le gâteau, la guérisseuse qui travaille avec lui depuis plus de 18 ans est une Française, ce qui m’a soulagée car, bien que certaine de partir, j’étais un peu anxieuse par rapport à la langue, confie Aude.

Sachamama signifie l’esprit de la mère de la jungle en quechua. En allant à La Luz de Sachamama, le centre de guérison, c’est à une expérience de vie inédite et transformatrice qu’il faut s’attendre. Vous allez rencontrer Sachamama mais surtout, vous allez vous rencontrer vous ! Et c’est ce qui s’est passé pour Aude, qui partait pour passer du chaos interne à la réorganisation de sa vie.


La Luz de Sachamama est un centre de guérison et d’études, aussi bien spirituelle que physique, dirigé par le chaman Don Francisco Montes Shuna et la guérisseuse Rachel Willay.


La thérapeute holistique s’envole la première fois pour le Pérou en novembre 2021, puis y retourne en septembre 2022. Deux voyages, deux objectifs différents et, forcément, deux épreuves incomparables.


LOIN DU VOYAGE TOURISTIQUE Aude Akrich nous prévient : La Luz de Sachamama, c’est tout sauf une destination pittoresque et touristique. On y va pour guérir, parfois dans la souffrance, car là-bas, on pratique des cérémonies traditionnelles à l’ayahuasca, plante vomitive qui nettoie et guérit les maux spirituels et physiques. Nous sommes loin de l’attraction tendance qui peut parfois être dangereuse car mal encadrée. Au centre, tout est sous le contrôle du chaman Don Francisco Montes Shuna et de la guérisseuse Rachel Willay. Les participants, 7 à 10 au maximum par retraite, sont présents par nécessité : renaître.


Je pense qu’il est important que les gens prennent conscience de la puissance des médecines spirituelles traditionnelles qui existent dans le monde, nous dit Aude.

DES VOYAGES CHAMANIQUES Revenue de son dernier séjour il y a peu, Aude Akrich invite à des voyages chamaniques, chez elle, à Punavai Nui. Elle n’utilise pas l’ayahuasca, qui est considérée comme une drogue par la législation française, mais elle initie à la découverte de soi via le tambour, les instruments sacrés et les icaros découverts et acquis lors sa retraite. Les icaros, ce sont des chants qui réveillent l’esprit d’une plante et activent ses pouvoirs de guérison. L’icaros est donné par la plante elle-même. Car à Sachamama, lorsqu’on parle aux plantes, elles nous répondent, s’amuse Aude.


Parfois, je pose une intention, un axe de travail mais, que je le fasse ou non, vient toujours ce qui doit venir pour chacun. Tout est positif lors des voyages ou cercles que j’organise car j’ouvre un espace sacré et protégé. Cercles de femmes, cercles de rêve, voyages chamaniques... Aude accueille 7 personnes au maximum.


J’encourage les participants à partager avant la fin de la séance car on peut recevoir des guérisons pour quelqu’un d’autre. Lors des sessions, nous sommes tous au même niveau, chacun est tour à tour enseignant et apprenant.


Bracelets et plumes sont les autres objets sacrés présents lors de cérémonies chamaniques.


Fais-toi et aie confiance Le maître mot à Sachamama est “confiance”. Pour vivre au mieux, l’expérience des cérémonies bihebdomadaires à l’ayahuasca, le chaman nous répétait sans cesse d’avoir confiance : en nous, en l’esprit de la plante, en l’Univers. Si on est en résistance, on peut vivre des choses hor- ribles et/ou effrayantes. Si l’on est en acceptation de ce qui vient et de ce qui doit être libéré, alors le voyage est plus confortable... mais un confort relatif !


Car l’ayahuasca est une plante médicinale intense. D’abord, elle agit comme un scan corporel, vient travailler sur le plan physique. Puis elle épure et détoxifie le corps de tout ce qui le plombe, que ce soit émotionnel ou chimique. Ça se traduit par la phase de vomissements. D’où le confort relatif dont parle Aude en riant.




Ce mot, confiance, s’est véritablement imprégné en moi. Aujourd’hui, même si j’ai envie de retourner à La Luz de Sachamama une fois par an, je sais que j’ai besoin de suivre ma médecine chamanique, sans plus chercher un enseignant ni un maître.


Je me fais confiance et cela donne des voyages et des soins très beaux. Je prends le temps d’ancrer mon pouvoir guérisseur, de le laisser évoluer. Je suis reconnaissante pour les icaros que j’ai reçus, pour les instruments sacrés qui rythment mes sessions de libération.





Aude Akrich invite à vivre une expérience sacrée le temps d’une pause de 1 h 30 à 2 h au maximum, au son de ses chants, du tambour, hochet et chakapa (bouquet de feuilles de palmiers séchées). Un voyage chamanique où l’on reçoit ce qui est juste pour nous : fais-toi et aie confiance...








Fenua Hypnose (Aude Akrich)

Contact : 89 59 70 27 Facebook : Fenua Hypnose

Instagram : fenuahypnose

Mail : fenua.hypnose@gmail.com












Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Tahiti Wellness #05 - décembre 2022

Comments


bottom of page