top of page

L’agroalimentaire



Nous reviendrons durant l’année 2021 sur l’industrie de transformation des produits, dont les données nécessitent un rafraîchissement.

 

En Polynésie, le marché du soda est estimé à 25 millions de litres par an (en 2017) selon la Brasserie de Tahiti (700 employés) qui dit vendre en volume davantage de sodas que de bière. Hors produits alcoolisés, les sodas représentent environ 35 % de la production en volume.


Pour confectionner ses produits, elle fait appel à de nombreux partenaires comme la SDA (spécialisée dans les fontaines à eaux, distributeurs automatiques de boisson, armoire réfrigéré, distribution à domicile), Plasticerd (fabriquant de bouteille et de flacon en plastique), Jus de fruit de Moorea (les jus Rotui détiennent 20% à 25% du marché). Elle détient plusieurs licences de production dont Heineken, Coca-Cola, Schweppes et Orangina depuis des dizaines d’années.


Brasserie de Tahiti affirme que les eaux usées issues des activités du site de production de Punaruu sont stockées dans une cuve avant d’être envoyées vers la station d’épuration de la commune de Punaauia. Elles sont contrôlées régulièrement au sein du laboratoire BDT pour vérifier la neutralité de leur impact sur l’environnement. Des prélèvements sont également effectués au niveau de la cuve par la Polynésienne des Eaux, dont les résultats sont envoyés à la SEM Assainissement des Eaux de Tahiti en charge de la station d’épuration.


En plus, le verre cassé à Punaru’u est transféré par la TSP à Tahiti Agrégats, les boîtes aluminium sont compactées et cédées à une société qui les exporte pour recyclage. Toutes les matières inertes et recyclables sont réutilisées ou recyclées via le CRT de Motu Uta.

Les huiles, encres et solvants sont expédiés hors du territoire pour être traités. La drèche (résidu du malt après brassage) est récupérée par les éleveurs qui l’utilisent comme aliment pour le bétail. Les autres matières fermentescibles sont évacuées vers le CET de Paihoro ou traitées par une société spécialisée.


Deux autres sociétés locales produisent des boissons gazeuses sucrées. La Brasserie du Pacifique, ou Brapac (120 personnes dont une quinzaine est rattachée à la production du Tahitian Cola). La société produit et embouteille d’autres sodas locaux (Tahiti Red, Orange, Lime). Elle représente également les marques Seven Up (limonade) et Pepsi.

Par ailleurs, la Limonaderie de Tahiti (Singapour) propose sodas (16) et sirops (26). La moitié de son activité est dédiée aux sodas.



Trois groupes d’enseignes de la grande distribution se partagent le marché en Polynésie française : les enseignes Carrefour (Carrefour, Champion et Easy Market), les enseignes U (Hyper U, Super U et U Express) et l’enseigne LS Proxi. Le groupe Carrefour exploite 11 magasins à Tahiti, pour une surface de vente de 21 228 mètres carrés et 60 % de la surface commerciale sous enseignes à Tahiti. L’enseigne U représente 8 magasins, pour une surface de vente totale de 10 820 mètres carrés soit 30 % de la surface marché. Enfin, l’enseigne LS Proxi exploite 7 magasins, pour une surface de vente totale de 2 405 mètres carrés.

 

La production locale règle les volumes d’importation.



Tous les mois, une conférence réunis les agriculteurs et les importateurs pour déterminer les quotas d’importation. Ceux-ci s’adaptent à la production locale.

La part des dépenses alimentaires réalisées dans les grandes surfaces à prédominance alimentaire est de 47 % dont 30% dans les hypermarchés.






Vous avez aimé cet article ?

Vous souhaitez découvrir l’intégralité du guide Fenua Ananahi ? Cliquez ICI

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page