Arts martiaux au fenua : le Taekwondo

Textes : Amélie Petit


Nous voici avec le 3e et dernier chapitre de nos sports de combat du fenua, un dossier sur trois numéros qui aura compté pas moins de 60 pages ! Que les afficionados se rassurent, ce n’est pas

la dernière fois que nous présentons nos champions et les suivons dans leurs succès.

La Polynésie française est une terre de combattants. Les sportifs sont de plus en plus nombreux chaque année à s’imposer dans différentes les disciplines et compétitions. Mais, derrière ces compétiteurs, il y a très souvent des garçons attachants, qui représentent de belles valeurs dont

le fenua peut être fier. Rencontres , dans ce 3e chapitre, avec des champions ma’ohi de judo, karaté, taekwando et aikido.



Le taekwondo est arrivé en Polynésie dans les années 1970.

Un maitre coréen, étudiant à Hawaii, visite le fenua. Il initie quelques Polynésiens à l’art martial.

Parmi eux : Robert Raoulx. Ce dernier devient vite passionné de taekwondo. Il créé le premier club de taekwondo de Polynésie française à La Mission, à Papeete. A l’époque, la discipline est affiliée à la fédération

de judo et disciplines associées.


« Le nombre de licenciés était important car tous les arts martiaux étaient regroupés. Il y avait environ 1000 adhérents », précise Robert Raoulx, toujours président du club de La Mission. Quelques années plus tard,

il devient le président de la fédération de taekwondo.


Trois entités représentent aujourd’hui la discipline en Polynésie :

la fédération de taekwondo et disciplines associées, la fédération tahitienne de taekwondo et disciplines associées et la fédération Tahiti Nui taekwondo.


Chacune d’elles revendique entre 500 et 400 licenciés, ce qui place le taekwondo comme un des sports les plus populaires au fenua. Aucune des trois n’a l’agrément et la délégation de service public. Suite à des conflits entre les dirigeants, le Pays a créé une commission ad hoc, où des représentants de chaque fédération siègent, dans l’attente d’une solution pérenne. Les différents présidents veulent pousser les jeunes à pratiquer le taekwondo.


Les champions comme Anne-Caroline Graffe, Raihau Chin et Hina Joly ont permis de redonner l’envie à certains de s’inscrire dans les clubs.


InstanTANE #05 - février 2019

TAHITI MAGAZINES

  • Facebook - White Circle
  • Blanc Icône Instagram

©2019 Agence SMILE. - www.agence-smile.com

Contact Info

Agence SMILE - Tahiti Magazines

BP 4099 - 98 713 Papeete  - Polynésie française

Par mail :     |     DIRECTION       |       STUDIO       |