top of page

Les énergies du cycle menstruel

Dans le monde actuel, les menstruations sont soit taboues, soit banalisées. En comprenant comment la vie d’une femme est rythmée par son cycle menstruel, c’est toute une vision du corps, de la nature, du temps et de l’énergie que l’on honore, facilitant le quotidien de tous, hommes et femmes.


© Texte : Valentine Livine - Photos : Valentine Livine & banque d'images


LE POIDS DES INJONCTIONS SOCIÉTALES

Observons un instant le traitement médiatique des menstruations. Quelle histoire nous est contée ? En Occident, les médias montrent aux femmes des protections périodiques appelées protections hygiéniques, ce qui sous-tend l’idée que les menstrues ne le sont pas !


Idée renforcée par les parfums de synthèse agrémentant lesdites protections. Dans les publicités, le sang est même remplacé par un liquide bleu. On y voit des femmes souriantes, faisant des activités sportives, productives au travail, entourées. Dans l’imaginaire collectif, l’idée injectée est que le quotidien d’une femme qui a ses règles ne varie pas, que les menstrues sont sales, malodorantes et doivent passer inaperçues.


Dans son printemps, le dynamisme revient chez la femme, elle retrouve son énergie pour faire du sport, développer des projets, voir du monde



Nous pouvons également nous pencher sur les commentaires socialement admis tels que “elle doit avoir ses ragnagnas”, “t’as tes règles toi ou quoi ?” dès qu’une femme s’affirme, exprime sa colère ou son impatience. Dans nos sociétés, les injonctions sont lourdes, pesant sur le cœur des femmes qui ne comprennent alors pas leurs variations d’humeur, d’énergie, ne respectant pas les différentes saisons de leur corps. Elles passent en force la majorité du temps, se trouvant rapidement épuisées.



Pour retrouver un équilibre, il est important de connaître son cycle menstruel pour, enfin, en suivre le rythme

POURQUOI CONNAÎTRE LES ÉNERGIES DU CYCLE MENSTRUEL ?

Le discours général est donc que l’énergie de la femme est constante, que les règles sont anecdotiques dans sa vie et qu’elles ne l’affectent pas. Or, chaque femme sait, ou sent intuitivement que c’est tout le contraire !

Pour retrouver un équilibre, il est important de connaître son cycle menstruel pour, enfin, en suivre le rythme.

Connaître les énergies de son cycle permet tout d’abord de renouer avec son corps, de commencer à apprendre sa langue pour communiquer avec lui. Puis, la femme renoue ensuite avec le sacré en elle qui se manifeste chaque mois à travers les menstruations. Elle apprend à l’aimer plutôt qu’à le redouter. Ce faisant, elle expérimente les différentes énergies de son cycle menstruel, les observe pour définir ses besoins lors de chaque phase.


In fine, elle surfe sur les vagues plutôt que de les subir, allégeant son quotidien.


LES HOMMES ONT TOUTE LEUR PLACE DANS LE CYCLE FÉMININ

La connaissance des énergies du cycle menstruel concerne autant les femmes que les hommes. Cela peut surprendre mais, en y réfléchissant, c’est logique ! En tant que compagnons, maris, frères, pères, cousins... les hommes vivent entourés des énergies féminines, ils baignent littéralement dedans. Leur quotidien est directement rythmé par la dynamique énergétique des femmes de leur vie.


En ayant la connaissance de leurs mouvements et changements internes, ils peuvent pleinement prendre leur place à n’importe quelle phase du cycle menstruel, sachant comment soutenir et relayer les femmes autour d’eux.



Le cycle menstruel, certes vécu physiquement uniquement par les femmes, est expérimenté par les hommes via la diffusion de l’énergie féminine spécifique à chaque partie dudit cycle. Cela leur offre l’occasion de prendre contact avec le masculin sacré en eux, ainsi qu’avec le féminin en dormance.


En étant éduqué aux menstruations, aussi bien sur leur aspect biologique que spirituel, un homme s’enrichit, devenant acteur plutôt que spectateur, soit sarcastique, impuissant ou indifférent.


L’homme a toute sa place dans le cycle menstruel d’une femme, cocréant avec elle au quotidien.









4 PHASES, 4 SAISONS

Le cycle féminin est intimement lié à celui de la Terre. Il est aisé de le comparer aux saisons au cours desquelles l’énergie va fluctuer, tantôt vers l’intérieur, tantôt vers l’extérieur. Que l’on vive dans l’hémisphère Sud ou Nord, nous adopterons le modèle des 4 saisons car elles s’identifient assez clairement dans le corps dès que l’on y prête attention. Ainsi, la femme découvre qu’elle passe par une phase hivernale lors des règles, un printemps au sortir des lunes, un été lors de l’ovulation et une phase automnale avant les menstrues. Un mois, 4 phases.


L’hiver

Cette saison est celle où l’énergie entre en dormance. Elle est calme, invite au repli, à l’introspection, au bilan afin de se préparer à l’élan du printemps qui suivra. Cette phase nous parle du cycle naissance/mort/renaissance. Le corps, qui s’était préparé à accueillir la vie, est en deuil. Lassitude et tristesse peuvent envahir la femme. Elle est dans une énergie en vide, tournée vers l’interne. Elle n’est pas disponible pour l’extérieur, ni pour s’en occuper ni pour s’en protéger.


C’est la période du cycle menstruel où la femme est la plus vulnérable, l’inconscient demandant toute son attention et son écoute.

Elle doit faire le tri : que souhaite-t-elle mettre au monde ? Que souhaite-t-elle conserver de ce qu’elle a vécu au cours de son cycle ? De quoi n’a-t-elle plus besoin ?


Il est important de se chouchouter lors des menstrues car, que l’on en soit consciente ou non, le corps demande du calme, tournant au ralenti. Si la femme passe en force, faisant “comme d’habitude”, elle puise dans son énergie de vie et s’épuise.

Pour respecter au maximum ses besoins, elle peut organiser son quotidien en l’allégeant au mieux. Pas de planification de réceptions ou sorties, pas de gros ménages, pas d’emploi du temps surchargé. Il est important de déléguer lors de cette période du cycle et de se dégager des journées calmes dans la mesure du possible. Sachons expliquer que nous sommes non disponibles car nous vivons la phase la plus féminine de notre cycle.


Lors de la phase d’hiver du cycle menstruel, la femme aura besoin de repos et de douceur


Le printemps

La femme sent une énergie qui se renouvelle en elle, la poussant vers l’extérieur. C’est une période d’ex- pansion, d’audace, de clarté et d’actions. La femme bouillonne d’une énergie masculine qui monte comme la sève dans les arbres.


Cette saison est la plus facile à vivre car elle colle au discours ambiant de performance, d’actions, de dynamisme. La femme se sent belle, séductrice audacieuse. Elle fourmille d’idées, de projets et peut en démarrer plusieurs en même temps. Si elle a accueilli son hiver, elle entrera sereine et reposée dans son printemps, les idées claires car ayant fait le tri intérieur.


C’est l’occasion de faire des rencontres inspirantes, d’apprendre, de lancer et avancer dans des projets, de terminer un travail. La femme est productive et pleine d’énergie, capable de finir ce qu’elle avait laissé en suspens le temps de son hiver, et tellement plus encore. Au quotidien, une femme est une Wonder Woman lors de son printemps !


Lorsqu’elle se trouve en énergie d’ouverture, la femme se sentant belle et confiante, rayonne, prête à offrir au monde ses richesses et expériences.


 

Que peut faire l’homme durant le cycle ?

En hiver La femme étant moins disponible pour l’extérieur, l’homme peut prendre le relais, notamment à la maison. Il devient protecteur de la vulnérabilité féminine, veillant à la tranquillité et à la fluidité du foyer, à sa manière ! Avec assurance, messieurs, prenez les choses en mains et osez les faire à votre façon. Insistez pour que votre compagne, héritière malgré elle de milliers d’années de gestion du foyer, se repose et vous laisse opérer selon vos ressentis. Quelle est votre façon de gérer les repas, les enfants, la maison ? Vous ne le savez pas ? Amusez-vous à chercher vos propres chemins.


Au printemps

L’homme et la femme se rejoignent dans cette énergie masculine poussée vers l’extérieur. Il peut la soutenir dans ses projets, rayonner avec elle et lui montrer comment jouer avec la vie, être légère et connectée à son enfant intérieur.


En été

C’est le moment idéal pour un homme de savourer ce qu’il a accompli dans les phases précédentes du cycle de sa partenaire. Chacun étant au maximum de sa puissance et de son assurance, les sorties en couple, les discussions profondes seront à mettre en avant. L’homme cultivera son féminin en observant et apprenant de sa compagne (sa façon de s’ouvrir aux autres d’écouter, de soutenir).


En automne

L’homme, fort des phases précédentes, se montrera un soutien pour sa compagne en lui offrant un espace d’écoute non-jugeante. Elle pourra y déposer ses doutes, ses frustrations, sa tristesse, prenant ainsi conscience de ce qu’elle sait déjà. Cet espace lui confèrera confiance et amour pour se respecter et suivre son intuition grandissante. Messieurs, accueillez vos compagnes ou filles, sœurs, cousines avec douceur de l’espace de votre cœur, et non celui de votre ego. Ainsi, vous leur donnerez la liberté d’être qui elles sont vraiment, sans avoir à faire d’efforts surhumains pour se composer un masque.







En connaissant le cycle de sa partenaire, l’homme peut être ce conjoint qui élève et soutient.






 

L’été

L’ovulation. Tel le soleil au zénith dans le ciel, l’été correspond au moment décisif de l’ovulation. Qu’une femme désire un enfant ou non, chaque mois, son corps s’harmonise pour libérer la promesse de vie, préparer un nid douillet.


L’été est porteur d’espoir, riche de tous les possibles.

La femme est rayonnante, réceptive, puissante, toujours dans une énergie en ouverture. Son corps fait le don inconditionnel d’un ovule, une de ses plus anciennes cellules. Cette phase peut être vécue sereinement ou avec appréhension. Tout dépend du projet intime de chaque femme à devenir mère ou non, de son acceptation d’elle- même, de l’autorisation qu’elle se donne à prendre sa place... Les résistances psychiques se retrouvent dans les douleurs et tensions physiques. D’une manière générale, la femme jouit d’une noble assurance. Dans son quotidien, ce sera le moment idéal pour finaliser des projets, prendre des décisions... Elle est efficace et peut abattre une charge de travail colossal, ce qui lui permet de s’organiser pour libérer du temps lors de son hiver.


En été, la femme, se sentant belle et sensuelle, est dans sa phase ovulatoire. D’humeur joueuse et joyeuse, elle est prête à conquérir le monde.


L’automne

Cette saison du cycle menstruel est la plus délicate et complexe à vivre pour une femme. Son corps est dans un entre-deux conscient ou inconscient d’attente : soit l’ovule est fécondé, l’utérus accueille alors la vie, soit l’ovule meurt, l’utérus devient linceul. En automne, l’énergie retourne vers l’intérieur, mue par le changement hormonal induit corporellement. L’émotivité est à fleur de peau, pouvant donner la sensation d’être submergée, avec le besoin de tout remettre en question dans sa vie. La femme a besoin d’accueillir cette énergie en la dirigeant vers la création, l’expérimentation. C’est normal si elle se lance dans mille et une choses, se lasse rapidement dès que cela ne nourrit pas son besoin, est irritable. Son corps lui parle pour la diriger vers son essence pure et profonde, l’amener à ne garder que l’essentiel avant la phase de dépouillement de l’hiver. Au quotidien, pour vivre au mieux cette tornade automnale, la femme peut commencer à déléguer des tâches. Elle fera en sorte de nourrir ses besoins de nature, de solitude, de créativité.


Définir ses phases

Définir ses phases demande de l’attention. Pour y parvenir, il est conseillé de noter chaque jour ses ressentis émotionnels et physiques sur un cahier, pendant au moins deux à trois cycles. Ainsi, nous arrivons à dégager des similitudes, à repérer des indices, en particulier, si nous avons peu l’habitude d’être à l’écoute de notre corps. Nous donnons ici des informations auxquelles il n’est pas nécessaire de coller car le bon cycle est celui de chaque femme !


Mais, pour aider à visualiser les saisons, il est intéressant de savoir qu’approximativement, l’hiver s’étend de quelques jours avant à quelques jours après le premier jour des menstrues. Le printemps varie de quelques jours avant la fin des règles à quelques jours avant l’ovulation. L’été, lui, démarre près de 3 jours avant l’ovulation et se termine 3 jours après. L’automne entre en scène, s’achevant quelques jours avant le premier jour des règles.




LE CYCLE MENSTRUEL AU JOUR LE JOUR

Ainsi la femme est cyclique, changeante non pas par instabilité, mais bien par nécessité afin de maintenir un équilibre intérieur ajusté aux transformations profondes de son corps.


Bien sûr, il est utopique de penser que l’on va pouvoir calquer son emploi du temps parfaitement en fonction de ses menstrues et de son cycle. On peut néanmoins y coller au plus proche et, lorsque des impératifs sont à honorer, allant à l’encontre de notre écologie personnelle, nous en aurons conscience et pourrons nous respecter malgré tout en surfant sur l’énergie propre à la saison traversée. Ainsi, nous accueillerons les événements plutôt que nous les subirons. Nous serons à même de nourrir nos besoins, un peu comme si nous nous offrions un gros câlin !


Surtout, ne passons pas en force au risque de nous épuiser et de nous éloigner de notre essence pure et sacrée. Le respect de nos énergies doit être une priorité, tout comme la pédagogie. Parler sereinement et ouvertement à notre entourage des phases du cycle menstruel est un gage de compréhension mutuelle facilitant le quotidien de tous, hommes, femmes et enfants.


L’automne est la phase la plus complexe du cycle menstruel. La femme aura besoin de créer pour évacuer les nombreuses tensions internes.




Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Tahiti Wellness #05 - décembre 2022

Comments


bottom of page