top of page

Les Pléiades

Dans chaque numéro, InstanTANE vous invite, avec le professeur Jean-Pierre Bonnefoy, à admirer le ciel polynésien à partir d’un de ses exceptionnels clichés, photographié durant la période précédant la parution du magazine.


© Texte & photo : Jean-Pierre Bonnefoy


Matari’i, Les Petits yeux, ou encore Les Pléiades, sont un amas d’étoiles visible à l’œil nu et bien connu des anciens Polynésiens dont il rythmait les saisons. Vers la fin novembre, la montée de Matari’i de l’horizon marque le début de la période d’abondance.

Premières récoltes de ’uru, premières captures de ’auhopu (bonite)... Matari’i est donc un marqueur de temps qui, suivant son apparition dans le ciel, divise l’année en deux périodes :

Matari’i i ni’a et Matari’i i raro (Les Petits yeux de l’Est et Les Petits yeux de l’Ouest). La disparition de Matari’i vers l’Ouest en mai indique le début de la période de disette et de pénurie.


Cette sorte d’horloge cosmique n’est pas propre à la Polynésie. Partout dans le monde l’apparition ou la disparition dans le ciel de cet amas d’étoiles, parfaitement identifiable au sein de la constellation du Taureau, ont permis de prédire les rythmes agraires comme les périodes de pêche.


Matari’i est principalement constitué d’une dizaine d’étoiles bien visibles. Le jour de Noël vous pourrez l’admirer passant un peu au nord du zénith vers 21h30.

Son autre nom, Les Pléiades, provient de la mythologie grecque. Les Pléiades sont sept sœurs, le groupe d’étoiles à gauche de l’image (Nord en bas), et leurs deux parents, les deux étoiles à droite.

Les Pléiades sont des étoiles bleues, donc très jeunes, situées à 444 années-lumière de la Terre, assez proches de nous. Les quelques nébulosités les entourant, uniquement visibles avec un télescope, montrent que l’amas se trouve au sein d’un nuage de gaz dont il illumine certaines parties.


InstanTANE #04

Comentarios


bottom of page