top of page

Réseaux sociaux, danger VS vertus positives

Après une année comme celle que l’on vient de passer, parfois de subir, peut-être est-il temps de chercher à prendre du recul ? Il existe plusieurs façons de se recentrer dans son quotidien, de digérer ces 12 mois : revoir ses amis, en prenant soin de respecter les gestes barrière, faire du sport, se concentrer sur son travail, planifier des voyages ou des projets, ou tout simplement tenter la méditation. Pour cela nous vous conseillons 3 applis.



1980. Quand il part de chez lui, l’ado vérifie s’il a bien en poche ses clés, un billet de 50 F (français, l’équivalent de 1000 XPF actuels, mais avec un coût de la vie divisé par 4 par rapport à aujourd’hui), son paquet de clops et, bien sûr, le briquet qui va avec. Clés, moni, clops, ahi, les 4 inséparables du matin !


2021. Quand il part de chez lui, l’ado vérifie s’il a bien en poche ses clés, sa tune et… son smartphone ! Correction : son smartphone n’est pas dans sa poche, mais dans sa main. Les clops ? Ringard, la plupart du temps.


Eh oui, on pourrait croire qu’on exagère, mais l’utilisation excessive du smartphone et des réseaux sociaux est aussi addictive, et donc dangereuse, que fumer. Une étude (parmi tant d’autres, dont les conclusions sont proches) réalisée au Royaume-Uni et publiée par la Royal Society for Public Health (RSPH). Intitulé #StatusOfMind, révèle même que l’utilisation intensive des réseaux sociaux (soit plusieurs heures par jour) peut même nuire à la santé mentale. Instagram, le réseau social dédié à la photo, est le plus pointé du doigt : 7 jeunes sur 10 réagissent mal et se sentent mal dans leur corps face à tous ces clichés mettant en scène des gens beaux, au corps parfait et souvent aux vies d’exception, mis en scène dans des décors paradisiaques. C’est sans doute moins vrai ici à Papeete que dans une ancienne ville industrielle d’Europe en hiver…


Tous les réseaux sociaux sans exception ont un impact négatif sur le sommeil. Pire, ils accentuent les risques de harcèlement en ligne, un phénomène qui touche (aussi)

sept jeunes sur dix. On pourrait se dire qu’il leur suffirait de se déconnecter, mais c’est plus

compliqué que cela. De nombreux jeunes ont ainsi peur de passer à côté de quelque chose, une nouvelle importante, une discussion enflammée, le dernier morceau de Billie Eilish…, au point de considérer que les réseaux sociaux sont plus addictifs que le tabac, le paka ou l’alcool !


Heureusement, les réseaux sociaux ont aussi des vertus positives. En effet, de nombreux jeunes y trouvent du soutien quand le moral flanche. C’est un moyen de parler de leurs problèmes de façon moins complexée et de s’exprimer sur des sujets qui leur tiennent à coeur avec des interlocuteurs concernés. Ces plateformes sont également importantes pour certains jeunes dans la construction de leur identité sociale. A consommer avec intelligence et retenue. Tout comme la politesse, un instrument de musique ou un sport, les réseaux sociaux doivent s’apprendre, et donc être enseignés et encadrés.


En quelques chiffres

92. Les adolescents sont particulièrement

friands des réseaux sociaux. Ils sont 92% à s’y

connecter quotidiennement.


73. Il s’agit du pourcentage de sociétés qui

ont déjà engagé des candidats recrutés sur les

réseaux sociaux. Linkedin est la plateforme

la plus utilisée pour le recrutement, suivie de

Facebook. Les entreprises passent aussi par

Twitter pour toucher la génération Y, puisque

45% des utilisateurs de ce réseau social ont

entre 18 et 29 ans.


68. Aujourd’hui, 68% des 18-29 ans ont pour

habitude de suivre l’actualité via les réseaux sociaux. Si Reddit, Facebook et Twitter sont les

plateformes les plus utilisées pour s’informer,

24% des collégiens et des lycéens ont une préférence pour Instagram (l’actu en image parle

plus aux 12-16 ans).



18. Les réseaux sociaux sont devenus tellement incontournables que certaines personnes en sont accros. Ainsi, 18% des utilisateurs de Facebook seraient incapables de tenir plus de quelques heures sans aller y faire un tour ! Pourtant, d’après des chercheurs du Happiness Research Institute, ceux qui parviennent à quitter la plateforme seraient plus satisfaits de leur vie que les autres. Mieux vaut donc utiliser les réseaux sociaux avec parcimonie !


5. Non, ce n’est pas un réseau social, mais un réseau tout court. C’est le nom du dernier réseau de téléphonie mondiale. Il y a les pour et les contre, ceux qui craignent les ondes transmises par les antennes de ce réseau, ceux qui ne jurent que par lui. Mais c’est quoi, la 5G ? Avant la téléphonie mobile, Imaginez le zéroG, si on l’avait nommé ainsi, qui fut le point de départ des messages à distance, via des pager, bipper (en anglais) ou, en bon français, téléavertisseurs. C’était dans les années 1970 à 1990. Les normes de téléphonie mobiles sont nées à peu près en même temps, avec la 1G pour Première génération. C’était à la fin des années 1970, de façon confidentielle, coûteuse, avec des appareils lourds et gros mais qui après l’envoi de données succinctes, permettait de transmettre la voix. La 2G (2e génération) déployée en même temps que les premiers appareils numériques, au milieu des années 1990 a permis d’enregistrer des appels et d’envoyer des textos ou des photos (de très mauvaise qualité et définitions) à partir de son téléphone portable.


L’instauration de la 3G au début des années 2000, ouvrit l’ère de la web mobile, à grand renfort d’énergie et de batteries de courte durée.

A partir des années 2010, la 4G (qu’on utilise aujourd’hui) a offert une plus grande vitesse de débit et la connexion entre les objets. SMS, réseaux sociaux, streaming, photos et vidéos, chat en temps réel, le smartphone est l’objet de notre quotidien. La 5G, selon les spécialistes, va connecter encore plus d’objets (on parle de 1 million au km2), de manière quasi instantanée (on parle d’un temps de latence de 2 millisecondes). Pour les économistes, c’est une nouveauté aussi importante que l’apparition d’internet il y a 25 ans, du frigo il y a un siècle, de la voiture il y a 140 ans, de la poudre il y a 1400 ans ou de la roue il y a 4000 ans. C’est dire. La connectivité des villes intelligentes, le fonctionnement des usines et des services vont être littéralement bouleversés par la 5G.


Autrement dit, c’est une révolution.


Qu’en penses-tu ?

Donne ton avis sur facebook (instanTANE) et gagne par tirage au sort des abonnements à ton magazine préféré et plein d’autres cadeaux.


Réponds à la question suivante sur : tahitimagazines.com

Es-tu pour ou contre la 5G en Polynésie ?

Pour / Contre




Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine InstanTANE #12 - septembre 2021


Коментари


bottom of page