top of page

Cérémonies religieuses & laïques

Dans quelle église se marier si l’on est croyant ou un couple mixte ? Quel est l’engagement spirituel dans les différentes religions, et qu’est-ce qu’une cérémonie laïque ? Faisons le tour des divers types de célébrations en Polynésie.


© Texte : doris Ramseyer - Photos : Caroline Tongourian, Ueva Photography, Claude Charles Kavera, 1001 Vœux, Doris Ramseyer



Selon la loi française, le mariage civil, reconnu juridiquement, est le premier pas avant un mariage religieux

Préparation spirituelle

« On ne se marie pas pour soi, mais pour les autres », assure le père Christophe, vicaire de la cathédrale de Papeete, qui aborde notamment ce thème dans la préparation spirituelle du mariage. Cette reconnaissance devant la société est partagée par l’Église adventiste du 7e jour. Dans la paroisse protestante Béthel, la pasteure Herenui Tetaronia prépare spirituellement les fiancés avec un rappel culturel mā’ohi, tout en abordant certains écueils de la vie de couple. Quant aux mormons, ils doivent être membres de l’Église depuis un an avant de pouvoir sceller leur union au temple.


Qui officie et où ?

Les hommes d’Église, comme les prêtres ou les pasteurs, sont habilités à unir un couple devant Dieu. Le seul endroit reconnu par les mormons demeure le lieu saint du temple. D’autres religions acceptent les cérémonies en plein air : plages d’hôtel ou à l’hôpital pour la pasteure Herenui Tetaronia, ou sur la pirogue fa’afaite où s’est déroulé un mariage de la communauté du Christ. Chez les catholiques, le mariage peut être célébré dans une paroisse différente de la commune de résidence des mariés ou, si le couple est mixte, dans une église d’une autre confession.

Tous les mariages religieux sont gratuits (l’offrande est facultative et revient à la paroisse).


Engagement à vie

« Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare », explique la Bible, et que rappelle la pasteure de l’Église Béthel. Elle précise que here, l’amour de l’un pour l’autre, diffère de ipo, confession de foi dans l’amour partagé.


Pour toutes les confessions, l’amour du couple se complète dans l’amour de Dieu, et revêt une dimension d’éternité.


On s’engage donc pour la vie, et même au-delà, croyance capitale chez les mormons. Le divorce et le remariage restent autorisés chez les protestants, au contraire des catholiques. Toutes les religions acceptent la mixité d’un couple, mais l’un des deux conjoints au moins doit être croyant pour une union à l’église. Exception faite chez les mormons, les conjoints doivent partager la même religion pour pouvoir s’unir au temple. Pour les adventistes, le mariage représente une démarche essentielle et hautement spirituelle.


L'amour des enfants

« Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez », recommande la Bible dans la Genèse. Les mormons obéissent pleinement à ce précepte. Les racines du couple doivent être nourries, pour que leur amour rejaillisse naturellement sur l’enfant, concept important pour l’Église adventiste du 7e jour. L’arrivée d’un enfant dans un couple l’ouvre à une dimension qui le dépasse : elle fait naître l’amour maternel et paternel. Dans la préparation spirituelle catholique, les enfants sont fruit de l’amour. « Vos enfants ne sont pas vos enfants », écrivait le poète Khalil Gibran, et que rappelle judicieusement le père Christophe.


La cérémonie

La cérémonie protestante, axée sur les textes saints, débute par la signature des registres, à l’inverse du mariage catholique. Une messe catholique est célébrée si le couple est pratiquant, rallongée par les différents sacrements du mariage.




Un couple mixte recevra plutôt une bénédiction.

Les textes bibliques lus par le prêtre ont été choisis en amont par les futurs mariés, comme chez les protestants. Dans ces deux religions, les mariés échangent ensuite leurs consentements et leurs alliances. La pasteure sensibilise le couple à formuler des vœux qui viennent du cœur pour raviver la flamme. Dans la coutume protestante, le couple reçoit une bible ; dans la religion catholique, le livret chrétien. Pas de signatures de registre pour l’Église des adventistes du 7e jour. Les tenues des mariés doivent respecter une certaine décence dans toutes les églises. Seuls les mormons, pour le scellement au temple, ont un code vestimentaire plus restrictif, mais ils peuvent se changer pour la suite des célébrations.


Cérémonie laïques

Non reconnue par la loi, symbolique et entièrement personnalisable, la cérémonie laïque est ouverte à tous. Elle succède au mariage civil, remplace la cérémonie religieuse, et s’adresse à un large public : couples aux religions et cultures mixtes, couples homosexuels, seconds mariages, personnes athées ou agnostiques, couples désireux d’une cérémonie unique et originale. Pour enrichir la célébration, les rituels symboliques vont aider à raconter l’histoire du couple de manière emblématique et émotionnelle. Il y a le rituel d’union, pour célébrer l’amour avec son conjoint, le rituel de l’arbre à vœux – les convives suspendent leur message à un arbre joliment décoré –, le rituel des bougies, symbolisant le présent, le passé, le futur et l’infini du couple, le lâcher de ballons, pour n’en citer que quelques-uns !


Mariage religieux ou non, « on se marie tous les jours », confie le père Christophe.






« L’amour est comme une plante qui demande beaucoup d’attention et qui grandit bien quand on l’arrose. » (citation de Raphaëlle Giordano)










Dossier à retrouver dans votre magazine Here #01

Comentários


bottom of page