top of page

Les œufs, enfin garantis bio

Après des mois de travail, le SPG Bio Fetia a achevé son cahier des charges permettant d’octroyer le label Bio Pasifika à des élevages de poules pondeuses. Deux éleveurs ont obtenu ce label fin 2021, l’un est à Raiatea, Organic Farm, et l’autre à Arutua aux Tuamotu, I Feel Good.




Tandis que le SPG Bio Fetia travaillait sur son cahier des charges pour pouvoir délivrer le label Bio Pasifika à des producteurs d’œufs sur le territoire, les éleveurs se préparaient à respecter les conditions d’élevage. Fin 2021, deux d’entre eux ont obtenu le sésame, Thierry de Lison et son Organic Farm à Raiatea, et la famille Pommier à Arutua (Tuamotu). Le premier devrait élever à terme près de 200 poules, les seconds en ont déjà 300.




« À la base, on est perliculteur », raconte la famille Pommier. Et ce, depuis un quart de siècle. « Suite au covid et à la baisse d’activité, nous avons cherché à nous diversifier. » Installée sur le motu Purahui à Arutua, la famille produisait déjà de la vanille (en cours de certification bio), des plants de pitaya ; elle fait du miel (en cours de certification) depuis 5 ans et de la canne à sucre. Il y a un an, elle s’est lancée dans l’élevage de poules pondeuses. Un projet qu’elle a souhaité respectueux de l’environnement. La famille est soucieuse de sa propre santé, mais aussi du bien-être animal et de la protection de son île et de son lagon.


Sylvain Todesco, consultant formateur chez Red Gallina Tahiti, a participé à l’élaboration du cahier des charges avec le SPG Bio Fetia. « Il est très lourd », confirme-t-il. Il a également accompagné les producteurs pour les conseiller au mieux dans la mise en place puis la conduite de leur élevage, il a enfin participé à la formation des inspecteurs. Car tout cela ne s’improvise pas. « Les poules doivent vivre en plein air, elles ont un parcours qui répond à des règles bien spécifiques. » Les inspecteurs, eux, doivent être en mesure de voir du premier coup d’œil ce qui ne va pas lors de leur passage. « Par exemple, la litière doit être propre, mais qu’est-ce qu’une litière propre ? », interroge Poeti Lo, directrice du SPG Bio Fetia. « Nous savons, après avoir été formés, qu’il faut la toucher, elle ne doit pas être humide. »


Suite au covid et à la baisse d’activité, nous avons cherché à nous diversifier.


Le motu de Arutua s’étend sur 15 hectares. La famille Pommier y a 4 hectares. Les poussins débarquent à 6 semaines. Ils sont importés car il n’existe pas de couvoirs bio. Les poules, qui pondent à partir de 18 semaines, disposent de 600 mètres carrés pour vivre en plein air. Elles évoluent dans un espace ombragé par des miki miki, des aito, du tohonu, des fruitiers, la canne à sucre. Au sol, de la soupe de corail et des carrés d’herbes éparses. Les poules ont, en plus, 40 mètres carrés pour s’abriter. Selon le cahier des charges, en intérieur, il ne peut y avoir plus de 6 poules au mètre carré, en extérieur pas plus de 4. « Mais, s’il n’y a pas d’ombre en extérieur, ou bien si le sol est bitumé et donc trop chaud pour l’emprunter, les poules ne sortent pas. Les chiffres n’ont donc plus de sens, c’est pourquoi tout doit être bien respecté. »


La famille Pommier a équipé le motu de citerne et récupérateur d’eau, mais également d’un désalinisateur. « Les pluies sont irrégulières, et parfois absentes entre mai et août. On a investi. » L’appareil pompe 1 000 litres par heure dans le lagon en cas de besoin. La nourriture, bio évidemment, arrive par les goélettes, le Maris-Stella et le Cobia. Les œufs sont ramassés deux à trois fois par jour car « moins les poules passent de temps à leur contact, mieux c’est ». Cela prévient la casse et les salissures. Pour aller plus loin, la famille a imaginé un système qui permet aux œufs de glisser et sortir du poulailler une fois pondus. Les animaux sont ravitaillés en eau deux fois par jour. Ils sont égale- ment nourris à ce rythme, et idéalement à heures fixes. Leurs fientes, évacuées, sont déposées au pied des pitayas. Plantes et bêtes vivent en harmonie.



Les œufs, en moyenne 250 par jour, sont vendus sur place, la majorité est envoyée à Tahiti. Le marché de prédilection, visé depuis le début du projet. Les œufs arrivent frais, « on ne peut pas assurer de l’extra-frais en raison du temps de transport », précise Steeve Pommier.

Ils voyagent par avion et par bateau. Les œufs certifiés bio sont deux fois plus chers que les œufs issus d’élevage conventionnel en raison du coût de la nourriture. Ce dernier compte pour 80 % du prix de revient. Malgré tout, l’offre est bien loin de répondre à la demande, la liste d’attente est longue à Tahiti. La famille Pommier n’envisage pas de grande extension de son élevage. « Nous ne pourrons de toute façon pas dépasser 1 000 poules car cela pose des problèmes d’hygiène compliqués à gérer. » Deux autres éleveurs de poules pondeuses devraient obtenir une certification dans l’année.





Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Tama'a # 22 - février 2022


Comments


bottom of page