La Nouvelle-Zélande l'autre pays de l'huile d'olive

89 litres par seconde... C’est la moyenne de production d’huile d’olive dans le monde. À côté de l’Espagne (1,35 millions de tonnes), 350 000 tonnes en Tunisie ou près de 300 000 tonnes en Grèce ou Italie, la France fait figure le petit poucet avec ses 6400 tonnes. La Nouvelle-Zélande aussi, avec 400 tonnes. Près de Tahiti, c’est le principal producteur d’huile d’olive, dont la variété et la qualité n’ont rien à envier aux géants méditerranéens.



J’ai été élevée aux pieds du village Gordes, tout près de Cavaillon ou d’Avignon. Mon enfance fut bercée par les cigales, les effluves de thym, de sarriette et de romarin qui montaient des collines du Luberon. Bien sûr, l’année était rythmée, à l’automne, par la cueillette des olives à La Plantade, sur le terrain de ma marraine. Cueillette triée, abondante ou pas, aussitôt emmenée au moulin de Bonnieux. En grandissant, je fus fascinée par cet or liquide, aux couleurs empruntées, d’ambre et de blé, de lichen et d’amande, qui parfumait le nez, les salades et les plats. Plus tard installée dans le Pacifique sud, quand je réalisai mon premier voyage en Nouvelle-Zélande, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une production d’huiles d’olive aussi variée ? Dans ma quête de produits aussi bons que naturels et au bilan carbone le plus réduit possible, je trouvai là de quoi apaiser ma soif de saveurs authentiques.

Premiers oliviers Les premiers oliviers ont été planté au 19e siècle dans l’île du nord. Le célèbre Charles Darwin en aperçut quelques arbres, en 1835. La plus vieille oliveraie fut réellement plantée près d’Auckland, en 1870, par John Logan Campbell, l’un des pères fondateurs de la ville. Il souhaitait créer une atmosphère méditerranéenne dans le parc de sa demeure de One Tree Hill où il fit notamment planter 5 000 oliviers.

Certains des oliviers centenaires sont toujours debout (l’olivier est un arbre qui peut vivre plus d’un millénaire).


A la fin du 19e siècle, les premiers litres d’huile vierge pressés à froid étaient immédiatement apportés dans les pharmacies, où ils étaient vendus comme médicament. Il a fallu attendre les années 1980 et l’attrait pour le régime alimentaire méditerranéen pour que les olive- raies se répandent dans le pays. Modérément, car les conditions n’y sont guère favorables : le foncier est cher à Aotearoa, et il est plus rentable d’élever des vaches, des poulets ou des moutons que de planter des oliviers, dont les rendements par arbre sont faibles. Le gel est une menace réelle entre mai et juillet tandis que la pluviométrie moyenne (2000 mm par an contre 800 mm en Italie ou Provence, 300 mm en Espagne) est très élevée, favorisant les attaques de champignons et la mise en place de traitements antifongiques chimiques, qui ne font pas l’unanimité.

Enfin les Kiwis, élevés au beurre et au lait, ont longtemps été peu friands d’huile d’olive, contrairement aux Européens et Méditerranéens : les arômes les plus légers ont d’ailleurs leur préférence. Les huiles d’olive que vous dégusterez sont donc le fait de producteurs passionnés plutôt que des commerçants gérant des hectares d’oliveraies.



Peu d’huiles d’olive bio ?

Les oliviers, sauf grave maladie, comme Xylella Fastidiosa, la «lèpre des oliviers» qui a ravagé les Pouilles dans le sud de l’Italie, sont quasi exempts de peste. Autrement dit, ils subissent peu de maladie. De ce fait, ils ne subissent pas de traitements phytosanitaires, contre les insectes (insecticides), les champignons (fongicides), et autres produits en tous genres qui tuent tout ce qui vit qui n’est pas désiré (pesticides). Arbres, ils ne craignent pas, comme les ananas, d’être étouffés par des herbes ; ils ne souffrent pas non plus de l’emploi d’herbicides. Acheter une huile d’olive non bio ne veut donc pas dire que les arbres ont subi des traitements chimiques : le contraire serait plutôt la règle.

Il serait donc aisé de demander la certification ?

Pas sûr, car les olives sont produites, pour une grande majorité d’entre elles, par une multitude de petits producteurs qui apportent au moulin coopératif leur production. Là, elles sont mélangées avec les olives d’autres producteurs. Pour une certification bio, il faut donc un cahier des charges précis, suivi scrupuleusement par tous les producteurs ou par des oliveraies en mono-propriétés qui possèdent un moulin pour le pressage et la mise en bouteille. Vous trouverez donc certaines huiles d’olive bio issues de gros producteurs italiens, espagnols ou grecs, de plus rares huiles d’olive bio françaises et, en raison des difficultés climatiques et sanitaires, de très rares huiles d’olive « organic » néo-zélandaises.

Pourrait-on planter des oliviers producteurs d’huile d’olive au fenua ?

La réponse est oui. Certaines propriétés privées ont d’ailleurs sur leur terrain des variétés décoratives (stériles). Mais des oliveraies productrices d’huile d’olives pourraient voir le jour dans nos archipels (on pense aux Australes bien sûr), notamment des variétés qui ont fait la preuve en Nouvelle-Zélande, où une fructification biannuelle est la règle.

Est-ce que cela serait rentable ? Les jeunes arbres (moins de 20 ans) produisent entre 10 et 20 kilos d’olives par arbre : un passionné rentier pourrait se lancer dans l’aventure pour ses enfants... En vivre de son vivant, comme les plantations d’arbres précieux comme le santal, n’y comptez pas. Cela explique pourquoi

Des huiles savoureuses, aux arômes d’herbes, d’artichaut, de fruits, aux finales poivrées persistantes. Amertume, piquant & équilibre en feront un allié indispensable de vos prochains repas.



Les meilleures huiles labellisées La production néo-zélandaise est certifiée par le label Certified extra virgin olive oil, qui exige le respect de normes d’embouteillage et d’étiquetage ainsi que les critères chimiques et sensoriels établis sur la base des normes du Conseil oléicole international (COI) pour l’huile d’olive extra vierge. Chaque année, Olives New Zealand, l’organisation nationale des producteurs d’huile d’olive, remet les médailles aux meilleurs producteurs, lors des New Zealand Extra Virgin Olive Awards. Toutes les huiles présentées sont labellisées OliveMark. Les médailles sont distribuées dans toutes les régions productrices de Nouvelle-Zélande : Wairarapa, Kapiti, Nelson, Canterbury, île de Waiheke, Auckland, Northland, Hawke’s Bay, Bay of Plenty et Marlborough, Central Otago.

En 2019, Kapiti Olives a remporté le Best in Show ainsi que le Best in Class dans la catégorie Commercial Medium Blend (Commercial Medium Blend Class) avec leur Kapiti Picual Blend. Kapiti Olives, une oliveraie de 2300 arbres environ plantés en 2004, est la propriété de David et Helen Walshaw.

Le « Reserve Best in Show » est allé à Olea Estate de Wairarapa avec leur Olea Estate Picual qui a été élue Meilleure huile dans la classe commerciale moyenne monovariétale (Commercial Medium Blend Class).

Old French Road Olive Grove de Canterbury a remporté le prix du meilleur de la catégorie « meilleure huile en magasin » (Best in Boutique) pour les producteurs qui produisent moins de 250 litres d’huile d’olive extra vierge certifiée, ainsi que le prix du meilleur de la catégorie Boutique Intense Single Varietal avec leur Old French Road Picholine. Reserve Best Boutique a été décerné à Avenir Trust de l’île de Waiheke avec son huile d’olive Woodside Bay qui a été la meilleure de sa catégorie dans la catégorie Boutique Medium Blends. La meilleure huile aromatisée a été remportée par The Olive Press, Wairarapa, avec son huile pressée Gold - Kaffir Lime Agrumato. C’est la troisième année consécutive que The Olive Press remporte ce prix. L’Olive Press a également reçu le prix du meilleur transformateur, un prix qu’elle détient depuis 2014. Cette sélection 2019 des huiles d’olive kiwi a ainsi reçu à 24 médailles d’or, 76 médailles d’argent et 21 médailles de bronze, soit un total de 121 médailles. Nous espérons que vous aurez tôt la joie de visiter ou retourner en Nouvelle-Zélande et que vous pourrez, au gré de vos flâneries, déguster les huiles merveilleuses de ce petit pays décidément attractif et gourmand à plus d’un titre.



Sources : https://www.waimeanurseries.co.nz/

https://matapiro-olives.com/

https://www.olivesnz.org.nz/certification-the-olive-mark/

https://jusdolive.fr/lhuile-dolive-en-nouvelle-zelande-une-production-marginale/ https://www.extravirginalliance.org/

http://www.olivesnz.org.nz/awards/


Une oliveraie avec restaurant et dégustation d’olives à vous conseiller ?

https://www.bracu.co.nz/

TAHITI MAGAZINES

  • Facebook - White Circle
  • Blanc Icône Instagram

©2019 Agence SMILE. - www.agence-smile.com

Contact Info

Agence SMILE - Tahiti Magazines

BP 4099 - 98 713 Papeete  - Polynésie française

Par mail :     |     DIRECTION       |       STUDIO       |

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et d'améliorer l'expérience de nos utilisateurs. En savoir plus