top of page

Construire en Biomatériaux

Source : https://www.dezeen.com


Du paka dans les murs ?

Un fare pote’e en terre s’élève à Mataiea, construit par l’association Objectif TERRE, dont le dessein est d’imaginer des solutions de construction durables, anticycloniques et de contrer la crainte d’une pénurie de matériaux. Ailleurs, en Grande- Bretagne précisément, c’est en paka (cannabis) que l’on souhaite monter des murs.



Il s’appelle Steve Barron et a construit une maison à partir d’une variété de cannabis, dans sa propriété de Cambridgeshire, dont il a transformé la ferme, Margent Farm, en production de chanvre. Il fait partie d’un groupe d’architectes et de designers qui souhaitent infléchir les lois britanniques interdisant la culture et l’utilisation de cette plante. « Tout le monde est à la recherche de ce matériau. Le marché est bel et bien là, mais il faut le déréglementer », s’impatiente-t-il.

Il a donc érigé une maison durable à base de chanvre. Son intérêt ? Peu d’émission de carbone.

Il a ainsi exploré le potentiel du chanvre à la fois dans la lutte contre le changement climatique et comme matériau de construction performant et non toxique. « L’idée est de cultiver du chanvre fibreux pour séquestrer le carbone de l'atmosphère et d'en utiliser une bonne partie pour construire la maison", explique Barron. Sa maison, qu’il a nommée Flat House, a été bâtie en collaboration avec Practice Architecture. Darshil Shah, chercheur en biomatériaux à l'université de Cambridge, a fourni des conseils sur la production des matériaux en chanvre.

Cette maison de trois chambres est un prototype d'édifice durable, préfabriquée à base de fibres. « Ce système pourrait être appliqué à la construction de maisons à plus grande échelle », ont promis les architectes.



Plus efficace que les arbres

La Flat House a permis de séquestrer "24 tonnes de carbone". Pour Darvil Shah, chercheur au Centre for Natural Material Innovation de Cambridge, le chanvre est "encore plus efficace que les arbres" pour séquestrer le carbone atmosphérique. Il absorbe entre 8 et 15 tonnes de CO2 par hectare de culture et par an, comparé aux forêts, qui en retiennent entre 2 et 6 tonnes, à surface égale.


De plus, le chanvre à croissance rapide et sans carbone peut être utilisé pour « remplacer les composites en fibre de verre, l'aluminium et d'autres matériaux dans toute une série d'applications. »


La maison de Margent Farm a ainsi été érigée avec du « béton de chanvre » ainsi qu’un matériau de remplissage et d'isolation des murs non porteurs, composé de tiges de chanvre mélangées à de la chaux et à de la biorésine, formant des panneaux ondulés qu’il souhaite faire homologuer. Il produit également des objets en chanvre, notamment des plateaux et des sous-verres, et développe une gamme de baumes et d'huiles au cannabidiol (CBD) à base de graines de chanvre.


M. Barron a précisé qu'il avait fallu 100 jours pour cultiver le chanvre sur un terrain de 8 acres, soit 3,2 hectares. La législation britannique confie la gestion de production de chanvre au ministère de l’Intérieur. Le chanvre industriel est en effet considéré comme faisant partie des drogues et n’est donc pas géré par le ministère de l'Environne- ment, de l'Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) qui supervise l'agriculture. Cependant, le chanvre industriel contient de très faibles niveaux de THC psychoactif. Si le paka local ne correspond pas au chanvre industriel, notre climat lui est très favorable. Une piste de plus pour une conversion de certaines terres agricoles au service de la construction durable, mais aussi du segment du luxe : nombre de constructeurs de voitures de luxe sont à la recherche de chanvre d’une extrême qualité pour leur sellerie.


Des propriétés exceptionnelles

Le chanvre est cultivé depuis des milliers d'années pour ses fibres solides et rigides. Mais depuis le siècle dernier, il est diabolisé pour ses liens supposés avec la drogue récréative qu'est la marijuana, même si les deux plantes sont des variétés différentes de Cannabis sativa.

« L'isolation thermique et les propriétés acoustiques des blocs de béton de chanvre sont fantastiques », s’est enthousiasmé Barron, qui sou- ligne également l'absence de substances cancérigènes et d'autres produits chimiques nocifs dans le chanvre, alors qu'ils sont présents dans de nombreux matériaux synthétiques, solvants et adjuvants du béton armé.

L'intérêt croissant pour des constructions à faible émission de carbone signifie qu'il y a "un énorme potentiel dans cette culture, selon Steve Barron.





Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Investir à Tahiti #9 - novembre 2021

Comments


bottom of page