top of page

Urbanisme. Melbourne s'invente un avenir sans carbone

Le laboratoire de recherche écologique Finding Infinity a travaillé avec des architectes, des investisseurs, des promoteurs et des conseils municipaux sur un concept visant à transformer Melbourne en une ville zéro carbone d'ici 2030. Une stratégie zéro carbone de 100 milliards de dollars pour Melbourne " qui s'amortirait en moins de 10 ans ". Pour cela, elle a dévoilé 15 prototypes qui pourraient faire de ce projet une réalité.


Une belle inspiration pour Papeete.

Organic Waste to Energy Swimming Pools Across Melbourne by Wowowa


La stratégie et les 15 concepts ont été développés en réponse à la consultation des conseillers des 31 municipalités du Grand Melbourne.


Finding Infinity, basé à Melbourne, a passé les deux dernières années à développer A New Normal, une stratégie en 10 points pour que la ville australienne devienne complètement autosuffisante en termes d'énergie, de nourriture et d'eau, et ne produise aucun déchet.


Selon le directeur du studio, Ross Harding, les plans amélioreraient non seulement les références environnementales de la ville, mais la rendraient également plus rentable. Il affirme qu'un passage à l'énergie propre, à la réutilisation de l'eau et à l'économie circulaire permettrait de créer plus de 80 000 emplois.


"Il s'agit d'une transformation de la ville à hauteur de 100 milliards de dollars qui s'amortirait en moins de 10 ans", a déclaré Harding à Dezeen.


"Nous parlons d'intégrer l'infrastructure physique qui fait fonctionner la ville avec l'infrastructure culturelle qui nous permet à tous de nous épanouir".

Les concepts sont parfois déroutants : une station d'épuration des eaux usées qui fait office de boîte de nuit, ou encore des centres communautaires dans des parkings reconvertis, explorent la manière dont les technologies durables pourraient faire de la ville un endroit plus sain et plus agréable à vivre.



John Wardle Architects envisage d'utiliser des panneaux solaires pour transformer les toits inutilisés de Melbourne.




L'architecture solaire des toits de Melbourne par John Wardle Architects



L’agence suggère qu'en installant des auvents constitués de panneaux photovoltaïques produisant de l'énergie solaire, ces espaces pourraient être utilisés pour le travail en commun, le jardinage communautaire, l'apprentissage ou des événements. Melbourne n'a utilisé qu'un pour cent de son potentiel total d'énergie solaire. Nous avons calculé que si l'on installait de l'énergie solaire sur un toit sur deux, cela générerait

40 % de l'énergie consommée par la ville", a déclaré Harding.


Une équipe dirigée par Grimshaw, Greenshoot et Greenaway Architects a conçu un "stand de véhicules électrifiés" où les gens peuvent amener leur voiture pour la convertir à l'électricité, tandis que Foolscap a envisagé de moderniser le réseau ferroviaire pour en faire une destination pour la nourriture et les boissons, afin d'encourager les gens à utiliser le train plutôt que l'avion.


Wowowa suggère d'installer des digesteurs anaérobies sur des sites tels que la piscine de Fitzroy, où les déchets alimentaires seraient convertis en biogaz qui chaufferait la piscine et le sauna. De même, 6 Degrees veut utiliser les déchets générés par le marché Queen Victoria pour alimenter un cinéma au clair de lune.



Les autres propositions comprennent un musée qui fait des déchets non recyclables un spectacle du passé, des bâtiments existants rénovés pour répondre aux normes Passivhaus, une entreprise sociale qui enseigne la réparation et la réutilisation, et un centre d'agriculture solaire dans la vallée de Latrobe.



De gauche à droite : Une boîte de nuit double en tant qu'installation de traitement des eaux usées dans cette conception par Openwork.

Stockage de l'énergie : Batterie de parking à plusieurs niveaux par Hassell.

Un parking est transformé en terrain de basket, en espace de travail et en marché dans cette conception de Clare Cousins Architects.


Harding croit que, après les récents feux de brousse et la pandémie de Covid-19, les gens à Melbourne sont plus ouverts que jamais à l'idée de changement systémique.


Il soutient que les seuls obstacles à la réalisation de ces concepts sont culturels et politiques, plutôt que financiers ou technologiques. Ainsi, en proposant des idées qui s'appuient sur la culture existante de la ville, il pense que ces idées seront bien accueillies par les citoyens : "Au lieu de reprocher au gouvernement de ne pas en faire assez, nous pouvons lui faciliter la tâche", a-t-il déclaré. "Nous pouvons transformer la ville pour qu'elle soit complètement autosuffisante et nous pouvons tous en profiter.


« Nous devons créer une nouvelle normalité avec une ville qui n'a eu aucun impact négatif sur l'environnement ».


Tous ces concepts sont à découvrir en détail sur le site web A New Normal : www.normalise.it







Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Investir à Tahiti #8 - juin 2021



Comments


bottom of page