Le sucre, un plaisir irremplaçable ?

Texte : Patrick Seurot - Magazine Tama'a #10 - septembre 2019

Les lobbys industriagro-alimentaires, pour inventer un néologisme tentant d’englober leur tentaculaire présence ont empoisonné nos habitudes alimentaires, avec un marketing très poussé, mais avec finesse.


C’est ainsi que l’on vous a fait croire, pour citer Olivier Roellinger, ancien chef 3 étoiles qui dénonce les abus dudit lobby*, « que la gamme Nestlé est bonne pour la croissance des adolescents, que Coca Cola est la boisson des champions [ou] que les yaourts Danone et le lait Lactalis sont le must en la matière… ». Ce lobby ultra-puissant (en France, 40 personnes détiennent les clés de l’alimentation des 67 M d’habitants de l’Hexagone ; quant à 70% des produits de votre caddy, ils appartiennent à moins de 20 marques de groupes mondiaux !) décide de ce que vous mangez, puisque 85% de votre alimentation vient d’une grande surface (!) et, par la magie d’un marketing très efficace, vous fait « gober » par des mensonges éhontés que vous vous faites du bien.

Vous aimerez lire aussi :

Le sucre, l'ennemi intime de votre santé

Parfois ce marketing de marque est permis par les institutions. Ainsi, souvenez-vous, dans les années 1980, du lobbying d’Etat pour sauver la filière de production du sucre nationale (qui de la génération des 80’s n’a pas en mémoire la pub des sucres domino (URL https://youtu.be/DJQEPaFb08U) en vous vantant ses bienfaits ?). C’est ainsi que l’Etat, dans ces années où l’on croyait que le micro-onde, la tomate sous serre et le filet de poisson délavé étaient la solution idéale à proposer à une société qui voulait aller toujours plus vite, a fermé les yeux sur les « posologies » du lobby alimentaire. Ce dernier a placé du sucre (puis du sel, du gras, puis les additifs, les conservateurs, les arômes de synthèse, les texturants, l’huile de palme, etc.) dans les recettes où il n’y en avait pas, doublant voire triplant les quantités de sucre qui avaient toujours été jusqu’alors suffisantes. Par là, ils ont modifié toute la chaîne alimentaire et, par elle, votre goût. Aujourd’hui, marches arrières toutes : on connaît et reconnaît les dégâts de l’excès de sucre sur la santé. Mais alors, est-ce bien raisonnable de publier un numéro de Tama’a spécial desserts ? Plus que jamais ! Car nos chefs, nos pâtissières, les producteurs des desserts du fenua qui sont dans Tama’a ! (et d’autres aussi, bien sûr) ont eux aussi et depuis belle lurette réduit le sucre à sa plus simple expression. Des desserts savoureux vous sont ainsi proposés au fil des pages, sans excès, juste pour le plaisir des papilles et de tous ses sens.

Nous vous souhaitons une lecture savoureuse, sucrée juste ce qu’il faut.

* Un livre dernièrement paru que nous vous conseillons : Olivier Roellinger, Pour une révolution délicieuse, 200 p., (tarifs : 18 euros en librairie en métropole ou sur les sites de vente en ligne).

TAHITI MAGAZINES

  • Facebook - White Circle
  • Blanc Icône Instagram

©2019 Agence SMILE. - www.agence-smile.com

Contact Info

Agence SMILE - Tahiti Magazines

BP 4099 - 98 713 Papeete  - Polynésie française

Par mail :     |     DIRECTION       |       STUDIO       |