top of page

Le SPG Bio Fetia séduit les îles

Le SPG Bio Fetia ou Système Participatif Garantie, est l'organisme qui peut octroyer le label Bio Pasifika en Polynésie. Basé à Tahiti, il se décline en groupes locaux toujours plus nombreux.



« On a dix groupes locaux et on devrait en avoir cinq de plus cette année », se réjouit Poeti Lo, directrice du SPG Bio Fetia. En 2021, Ua Pou, Ua Huka, Taha’a, Huahine et Rimatara vont rejoindre la liste. Un groupe local est une sorte de collectif qui devient autonome pour les inspections. À Uturoa par exemple, le groupe fondé en mars 2019 compte 8 producteurs, 15 consommateurs, 1 transformateur. Le groupe de Tahuata né en juillet 2020 compte neuf membres : 7 producteurs et deux consommateurs, des labellisations sont en cours pour la production d’agrumes.

« Pour fonder un groupe local, il faut trois agriculteurs et deux consommateurs au minimum », explique Poeti Lo. Car pour mener une inspection il faut toujours un binôme constitué d’un agriculteur et d’un consommateur. Par ailleurs, il ne doit pas y avoir de liens familiaux ou de liens commerciaux entre les membres fondateurs.


« Ensuite, nous nous déplaçons pour les rencontrer, expliquer le principe, former. »


Tandis que les systèmes existants de certification par tiers partent de l’idée que les paysans doivent prouver qu’ils sont conformes avant d’être certifiés, les systèmes de garantie participatifs, au contraire, se basent sur la confiance. Ils se bâtissent sur la transparence, dans un contexte qui réduit au minimum les niveaux hiérarchiques et administratifs.


Le rôle du consommateur est fondamental pour assurer cette confiance. Ils sont indispensables pour accompagner les procédures de garanties et garantir la production bio de nos producteurs.


Le groupe local est un outil permettant la délivrance de la garantie Bio. Il est un lieu d’échange de connaissances techniques, d’entraide, de soutien et de réflexion. Un groupe local peut servir de support à d’autres dynamiques collectives comme des foires et des marchés, il permet d’améliorer les pratiques des agriculteurs, de structurer les réseaux. Pour Poeti Lo, intégrer le SPG Bio Fetia c’est s’investir pour le fenua, avoir un impact positif.


« Cela aide à mieux comprendre comment sont cultivés les fruits et légumes, à découvrir des astuces pour cultiver son propre jardin, à connaitre les circuits de commercialisation des agriculteurs bio, à comprendre les défis/difficultés auxquels sont confrontés les agriculteurs, à créer du lien et de l’entraide avec les producteurs. »


RÔLES ET MISSIONS Poeti Lo est salariée de l’association avec Heiva Faatauira, technicienne agricole et assistante. Ensemble, avec le bureau de l’association et ses membres, elles mènent à bien différentes missions. Elles promeuvent le développement de l’agriculture biologique et du commerce équitable, elles recherchent et font connaître les techniques et les pratiques culturales en vue d’une amélioration biologique des terres et de leurs produits. Elles établissent des rapports concrets et directs entre professionnels (producteurs, éleveurs, apiculteurs, aquaculteurs, transformateurs) et consommateurs et informent les citoyens pour que chacun puisse faire des choix dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation, de la santé.


ŒUFS ET MIEL ENFIN CERTIFIÉS C’est la nouveauté 2020-2021. « Les grilles d’inspections d’élevage de poules pondeuses et de production de miel sur lesquelles nous travaillons depuis des mois sont prêtes », annonce Poeti Lo. Trois apiculteurs ont fait leur demande, les résultats d’une première analyse sont indemnes, une deuxième inspections reste nécessaire avant labellisation. Mais cela ne saurait tarder. Pour les œufs, cela prendra sans doute un peu plus de temps. « Un porteur de projet attend ses poussins, un autre est en train de construire son bâtiment. »



LE NOMBRE DE LABELLISATION EN HAUSSE Le SPG Bio Fetia compte aujourd’hui plus de 300 membres. L’association a déjà certifié en bio plus de 140 hectares et espère en certifier 120 de plus. Les superficies oscillent entre 200 mètres carré et plusieurs hectares. Les plus grandes surfaces étant les cocoteraies. Fin 2019, le SPG Bio Fetia listait 37 dossiers, 11 étaient à jour, 26 en cours de demande. Fin 2020, sur les 64 dossiers, 27 étaient à jour, 37 en cours.


« Il y a de plus en plus de demandes et notamment pour l’huile de coco vierge », constate Poeti Lo.

La liste des détenteurs du label est disponible sur le site internet du SPG Bio Fetia.


LE BIO À TAHITI, QUELQUES DATES CLÉ Années 80 / 90 : Émergence d’un courant associatif pour le respect de l’environnement en Polynésie Française. 2002 : Création de l’association « BioFenua » visant le développe- ment des initiatives biologiques et la promotion des produits biologiques en Polynésie Française. 2003 : Premier contrôle de l’éligibilité à la certification des produits de l’entreprise Eden Parc par l’organisme certificateur international BioAgriCert. Émergence de la filière « jus de noni biologique » exclusivement destiné à l’export. Plus de 100 producteurs de noni obtiennent de l’organisme certificateur international BCS-Öko-Garantie la certification de leur production suivant les normes biologiques européenne, américaine et japonaise. 2005 : Lancement du programme de lutte biologique contre la cicadelle pisseuse (Homalodisca vitripennis) par l’introduction d’une micro-guèpe parasitoïde (Gonatocerus ashmeadi). 2008 : Création de la Norme Océanienne d’Agriculture Biologique et de son logo. Création du syndicat « Te Hotu Ora » regroupant les professionnels impliqués dans les traitements naturels. 2011 : Promulgation de la Loi de Pays sur l’agriculture biologique et publications des arrêtés d’application. Création du logo bio local à l’initiative du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.


Création officielle du premier système participatif de garantie de Polynésie Française : SPG BioFetia.




Vous souhaitez en savoir plus ?

Dossier à retrouver dans votre magazine Tama'a #17

Commentaires


bottom of page